Fiche pratique camping-car

rechercher un

revendeur

dans votre région

..

ameliorer

demarrage automatique du generateur

Pièces et main d’œuvre

* Durée du montage
 : 2 à 3 heures
* Niveau de difficulté : difficile
* Coût des composants : Interrupteur : 1,20 € ; Inverseur double : 2,60 € ; Relais RT retardateur à l’enclenchement Hager (réf : EZ 001) :
98 € ; relais 12 V : 3 € ; Sécurité tension basse Truma : .79 €.

si votre camping-car est équipé d'un générateur, lorsque la batterie est faible, vous devez le mettre en route manuellement. pour éviter cela, voici un dispositif de mise en marche et d’arrêt automatique du groupe commandé par un système de sécurité tension basse.

Principe

Le dispositif de mise en route automatique du générateur à la demande de la batterie ne peut fonctionner qu’avec un générateur (généralement embraqué), possédant un démarreur (il ne peut être appliqué à un démarrage par lanceur manuel tel qu’il en existe sur les groupes portables) et un dispositif de démarrage programmé.
Il consiste, dans un premier temps, à mettre automatiquement en marche le groupe dès que la batterie de la cellule atteint une tension nécessitant le lancement du générateur.
Cette opération est gérée par une sécurité tension basse indépendante.
Ainsi, lorsque la tension de la batterie sera trop faible, la sécurité tension basse déclenchera le relais "on/on" qui à son tour déclenchera un relais de retardement à l’enclenchement (sorte de minuterie). Ce dernier lancera automatiquement le processus de démarrage du groupe.

Il est obligatoire d'interposer un relais de retardement à l'enclenchement (temporisateur) et de le régler à au moins 30 minutes (durée à déterminer en fonction de la capacité de la batterie) afin d'éviter l'effet de yoyo.

En effet, le déclenchement étant provoqué automatiquement à 10,5 V, dès que le générateur va démarrer, la tension va remonter immédiatement, ce qui aura pour effet de couper le générateur. Quelques instant plus tard, la batterie n'ayant pas été rechargée, la tension va chuter à nouveau et le processus va repartir. Et ainsi de suite. Il faut donc que le générateur tourne suffisamment longtemps pour recharger la batterie. De façon à ce que la tension soit assez élevée pour éviter le redémarrage du générateur.

Demarrage automatique

Les générateurs modernes ont un système de démarrage programmé. Lorsqu’on bascule l’interrupteur de mise en marche de l’appareil, l’électronique se charge de lancer le démarreur. Si le moteur ne se met pas en route immédiatement, il renouvelle l’opération plusieurs fois de suite. S’il advient que ces tentatives échouent, un système de sécurité bloque l’opération.

Il suffit donc d’interposer un inverseur simple sur le câble de démarrage reliant le tableau de commande au générateur.

Cet inverseur offrira le choix entre le dispositif de démarrage d’origine et le système automatique commandé par le relais temporisateur.

mise en garde :
les couleurs choisies pour les schémas ne reflètent pas forcément celles de votre installation. vous devrez donc vous référer au schéma électrique de votre appareil pour appliquer ce montage.

Shéma global de l'installation :

Détails :
Pour commencer, il faut détourner la commande de démarrage du groupe. Un inverseur permet de choisir entre le fonctionnement normal par l'interrupteur du tableau de commande et la mise en marche automatique par le relais temporisateur.
Le relais temporisateur est commandé par un relais "on/on" (appelé aussi repos/travail), lui-même étant assujetti à une sécurité tension basse. Ainsi, tant que la tension de la batterie auxiliaire est supérieure à 10,5 V, le relais maintient le circuit ouvert (lorsque le circuit est ouvert, le courant ne passe pas). Mais dès que la tension chute, la sécurité coupe l'alimentation du relais. Ce dernier ferme le circuit et déclenche le relais temporisateur qui à son tour lance le démarrage du générateur.
Le déclenchement d'un relais est commandé par un électro-aimant qui active l'interrupteur. Pour cela, il faut faire passer un plus et un moins (1 et 2) par les bornes 85 et 86 (appelé cicuit de commande). Sur un relais "on/on" (à 5 bornes), le fait d'activer le circuit de commande fait basculer le circuit de puissance (3 et 4) entre la borne 30 et la borne 87 et le fait de désactiver fait basculer le circuit de puissance entre la borne 30 et la borne 87a. Ainsi, si la sécurité tension basse coupe le courant lorsque la tension chute à 10,5 V, le circuit de puissance entre la batterie (4) et le relais temporisateur (3) se ferme, le courant passe.
Dans un relais temporisateur, le circuit de commande (1 et 2) active un électro-aimant qui ferme le circuit de puissance (3 et 4). L'activation déclenche également une minuterie programmable qui maintient le circuit fermé (le courant passe) pendant la durée définie.
Dans son emploi classique, la sécurité tension basse de Truma sert à isoler la batterie de l'installation électrique du camping-car lorsque la tension descend à 10,5 V. La batterie est reliée à la borne badgée batterie + (1) et l'installation (ou le relais dans le cas qui nous intéresse) sur l'autre borne (2). Les cosses + et - de la batterie sont également branchés sur le bornier (3) afin de réactiver le circuit lorsque la tension de la batterie est remontée à 12,5 V.
Pour vos achats de matériel électrique et électronique 12 Volts, adressez-vous à notre partenaire Conrad en cliquant sur le lien : CONRAD
Retourner au sommaire...  

haut de page